Plus sur le Sound Painting

« Le soundpainting est un langage de composition en temps réel créé par Walter Thompson dans les années 1980 pour les musiciens, les danseurs, les acteurs, les techniciens des lumières et du son, bref, tous les artistes dont l’art peut être improvisé.
Le chef d’orchestre/compositeur s’adresse aux artistes par divers signes signifiant des actions. Il peut ainsi former avec son corps des phrases très complexes. Il n’y a pas réellement de genre musical, la plupart du temps le soundpainting n’a pas de tonalité.
Ce langage comporte à présent environ 750 signes permettant au chef d’orchestre-compositeur d’indiquer aux interprètes le type d’improvisation désiré. Le déroulement de la composition est ainsi contrôlé grâce aux paramètres définis par chaque groupe de signes, de gestes. Durant les 20 dernières années, le soundpainting est devenu un langage complet permettant la réalisation spontanée de créations faisant appel à l’improvisation structurée dans de nombreux domaines artistiques, parmi lesquels : musique, théâtre, chorégraphie, vidéo, peinture, poésie.Ne demandant aux participants pratiquement aucune expérience de l’improvisation, il se pratique avec des artistes de tous âges et tous niveaux. Le soundpainting peut être utilisé pour ses qualités pédagogiques avec des enfants.
Il est aussi utilisé pendant des concert de jazz afin de créer un concert continu, les musiciens à la fin d’un morceau enchaînent par du soundpainting puis le chef d’orchestre donne un signe pour pouvoir jouer le morceau suivant sans aucun arrêts des musiciens.
Comme le soundpainting traite de la matière sonore, sous différents angles, à l’aide d’outils variés comme le décalage, la superposition, l’imitation, la caricature, la désynchronisation, le scanning, le minimalisme ou encore les nouveaux modes de jeu instrumentaux, le soundpainting s’apparente également fort bien à la musique contemporaine dans son esthétique, avec la différence notable de n’utiliser que très peu la partition.
Des partitions peuvent être intégrées au concert ; elles sont appelées dans ce cas « palettes », et sont le plus souvent détournées de leur forme originelle dans le jeu de l’improvisation, et de l’interaction entre les interprètes et le chef. Traitant également de l’espace scènique (avec les tous les acteurs impliqués dans le jeu), la technique du soundpainting s’apparente aussi au happening, ou au théâtre musical.
François Jeanneau est un des principaux spécialistes du soundpainting en France. Il dirige par exemple le SPOUMJ (Sound Painting Orchestra de l’Union des Musiciens de Jazz), qui regroupe plus d’une vingtaine de musiciens, comédiennes et chanteurs. »

Spread the word. Share this post!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *